Conférence d’André BERCOFF à Marseille : »Election Présidentielle 2017 :Chronique d’une implosion annoncée « Du jamais vu dans la Vème République ».

Conférence André bercoff - Crif Marseille Provence

« Je suis un caméléon sur un plaid écossais », dit de lui le journaliste André BERCOFF venu aujourd’hui animer une conférence sur les élections présidentielles. Cette rencontre était dirigée par Thierry NOIR, un ancien journaliste de La Provence.

André BERCOFF n’a pas failli à sa réputation d’iconoclaste. Pour lui, les trois crises actuelles, économique, identitaire et celle du pouvoir, sont les racines du mal être des français. Il ne faut pas sous-estimer le retour des « Refoulés », ce qui ne trouvent pas leur place, ceux qui se sentent hors circuit. Cette France abandonnée est accueillie à bras ouverts par Marine Le Pen. C’est le parallèle qu’il a fait avec l’électorat américain qui a porté Donald TRUMP au pouvoir.

Conférence André Bercoff - Crif Marseille Provence

(de gauche à droite : Bruno Benjamin, Thierry Noir, André Bercoff)

Blessé par le terme d’islamophobie qu’on lui a attribué, il insiste néanmoins sur sa priorité : la lutte contre l’islam radical et ses dérives : maux majeurs de notre société. « Assez de repentance, trop de repentance » fustige André BERCOFF, « cela fait le lit du FN». Si l’islam se nourrit du FN, et vice versa, sa priorité n’est pas la lutte contre le FN. Il faut mettre des mots sur des maux, nommer les choses, tels sont ses leitmotivs.

IMG_3436

A la question : « Vous qui connaissez les grands hommes d’Etat… » il répondra « je ne connais pas de grands hommes d’Etat, il n’y en a pas. »

André Bercoff - Conférence Crif Marseille Provence

Les échanges avec le public, parfois vifs ont soulevé des interrogations. Dans tous les cas André BERCOFF n’a jamais laissé personne indifférent. Le jeu de la démocratie a trouvé sa place ce matin.

Pour voir ou revoir la conférence via Facebook cliquer sur ce lien

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Edith JANOWSKI-BISMUTH  Crif Marseille-Provence

Danielle Milon, Maire de Cassis et Vice-Présidente de la Communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, invitée du Crif Marseille-Provence.

danielle-milonDanielle MILON, Maire de Cassis et vice-Présidente de la communauté urbaine Marseille-Provence-Métropole, était l’invitée du déjeuner-débat d’aujourd’hui, lundi 27 février 2017. Autour de la table, des membres du Comité Directeur mais aussi de nombreux élus.

Le Président du Crif Marseille-Provence, Bruno BENJAMIN a rappelé le parcours politique de Madame Milon que beaucoup pourrait envier.

Nous avions face à nous une femme déterminée, passionnée par son métier d’institutrice qu’elle a exercé pendant trente ans et par sa ville qu’elle défend avec conviction.  Représentative des élus locaux, elle a rappelé que les jeunes entrés en politique en avaient changé le paysage, moins préoccupés par leur intérêt personnel que les anciens.

121

Elle a insisté sur sa proximité avec les habitants de Cassis, qu’elle reçoit sans rendez-vous une fois par mois, un exercice difficile mais essentiel : « Je fais tout avec passion, sans langue de bois, je ne demande jamais rien à personne ». Ses derniers déboires avec les médias qui dénonçaient injustement l’insalubrité des plages de Cassis l’ont profondément choquée et révoltée. Danielle Milon a insisté : « J’ai porté plainte et je me bats pour rétablir la vérité ».

Les enjeux des prochaines élections présidentielles n’ayant échappé à personne, ce sujet fut le centre des échanges et du débat d’idées.  » La mobilisation pour l’intérêt général de la France et la défense des valeurs républicaines doivent être nos seuls objectifs, nous devons nous retrousser les manches et travailler dans ce sens », a-t-elle affirmé.

La Vice-présidente du Conseil départemental a dénoncé, le lynchage médiatique de « L’affaire Fillon », le « ni Macron ni Marine », notre impuissance chronique face à l’électorat croissant du Front National, le danger des partis d’extrême droite et d’extrême gauche, la responsabilité des gouvernements dans la conduite des affaires de l’Etat, l’Islam radical et ses dérives.

Admirative de Nicolas Sarkozy, elle appelle néanmoins à « voter utile au premier tour, François Fillon. »

Sur les « Juifs » c’est sans appel, le Maire de Cassis n’a pas caché son admiration pour l’Etat d’Israël et pour les Juifs de France, toujours respectueux des lois de la République. Elle prône une laïcité à la française et le respect de la loi de 1905, quelle que soit sa culture d’origine. « Je veux pour ma petite fille une France fière de sa culture et de son histoire » a-t-elle conclu.

178